Robin des Bois ou enfin un héros viril


Pour en savoir plus sur la musique de la bande annonce de Robin des Bois : Musique bande annonce Robin Hood

À l’aube du treizième siècle, Robin Longstride, humble archer au service de la Couronne d’Angleterre, assiste, en Normandie, à la mort de son monarque, Richard Coeur de Lion, tout juste rentré de la Troisième Croisade et venu défendre son royaume contre les Français.

De retour en Angleterre et alors que le prince Jean, frère cadet de Richard et aussi inepte à gouverner qu’obnubilé par son enrichissement personnel, prend possession du trône, Robin se rend à Nottingham où il découvre l’étendue de la corruption qui ronge son pays. Il se heurte au despotique shérif du comté, mais trouve une alliée et une amante en la personne de la belle et impétueuse Lady Marianne, qui avait quelques raisons de douter des motifs et de l’identité de ce croisé venu des bois.

Robin entre en résistance et rallie à sa cause une petite bande de maraudeurs dont les prouesses de combat n’ont d’égal que le goût pour les plaisirs de la vie. Ensemble, ils vont s’efforcer de soulager un peuple opprimé et pressuré sans merci, de ramener la justice en Angleterre et de restaurer la gloire d’un royaume menacé par la guerre civile. Brigand pour les uns, héros pour les autres, la légende de « Robin des bois » est née

Kumpi : ha je l’attendais celui là ! Et il ne m’a pas déçu ! Par où commencer ? Par l’histoire sûrement.
La version de Ridley Scott est une version différente de celle que l’on connaît. Tout d’abord il faut savoir que l’intention était d’ancrer un personnage fictif dans une réalité historique et que le film raconte comment Robin devient Robin des Bois. Donc ne vous attendez pas à le voir gambader, arc en main, piégeant tous les riches qui croisent son chemin. Non, Robin est un soldat, un peu canaille mais honnête et il ne rêve que d’une chose retrouver l’Angleterre.

Si vous vous dîtes « ça ressemble un peu beaucoup à Gladiator  » vous n’avez pas tord. Il y a beaucoup de Gladiator dans ce Robin là et ce n’est pas pour nous déplaire. Autant au niveau des personnages, que de la façon de filmer Ridley Scott à poser sa signature.

Maintenant parlons des acteurs et là il y a du lourd. Russell Crowe, ha Russell Crowe ! C’est le mâle, l’homme viril et une fois de plus on aime ça ! Fini le héros en collant vert, taillé dans une biscotte, non Russell Crowe apporte ce qu’il a de meilleur à mon avis, sa façon brute d’incarner ses personnages mais en incorporant aussi une grande part d’émotion. Cate Blanchett qui me faisait diablement peur dans ce personnage est parfaite ! Drôle, stricte et à la fois douce et délicate elle incarne habilement Marianne, une femme qui n’a pas peur de mener la barque.

Au niveau des rôles secondaires, les acolytes sont parfaits eux aussi et on retrouve notre bon vieux Frère Tuck tout en chair et tout autant malicieux !

Pour finir cette critique, la musique est juste merveilleuse et fantastique. Evidement on est pas dans le superbe Gladiator (tout comme le film d’ailleurs) mais elle est parfaitement adaptée à cet univers.

Dernière remarque au passage, ceux qui trouvent que les Français en prennent vraiment trop dans la tête ne se rendent sûrement pas compte de ce que prennent les Anglais. Tout le monde est logé à la même enseigne.
Un film à ne pas rater et ça, Cannes l’a bien compris en le proposant en film d’ouverture.

Zazou : J’ai pas envie de répeter la même chose que kumpi parce que je suis d’accord avec elle, même si un peu moins accroc à Russel Crowe. En plus, si vous avez eu le courage de lire jusqu’au bout, c’est pas pour repartir et lire une tartine tout aussi longue 😉

Donc je rajouterai juste que c’est agréable d’avoir des français qui parlent français sans accent ou presque. J’ai juste -au même moment que Kumpi – pas compris une phrase mais sinon c’était bien. Le roi de France était belge donc ça aide. Par contre l’actrice qui joue la maîtresse du roi Jean est insignifiante. En sortant du film, je me suis dis que tous les acteurs étaient bien mais qu’elle n’allait pas du tout.

Contrairement à kumpi, j’ai pas trouvé que ça ressemblait tant que ça à Gladiator. Je me suis jamais dit : oh mon Dieu! On dirait le personnage de Gladiator ou l’ambiance de ce film! J’ai apprécier Robin des bois dans son entier sans me poser de questions sur autre chose. La seule chose qui m’a un peu destabilisé et que je savais pas que c’était une préquelle du Robin des bois que l’on connaît, surtout que le début ne l’annonçait pas du tout.

Enfin, allez voir ce film, non pas parce qu’il était présenté à Cannes mais parce que c’est un très bon film et donc un très bon moment à passer 😉

ATTENTION SPOILERS
Beaucoup de personnes semblent se poser quelques questions sur l’origine du cheval blanc dessiné et aussi sur la fin du film dans ce film. Les popcorn girls ont ainsi décidé de répondre à ces questions. Suite à quelques recherches, j’ai découvert que le cheval dessiné ne sortait pas tout à fait de l’imagination de Ridley Scott mais est bel et bien existant en Angleterre. Il en existe trois : le cheval blanc d’uffington, celui de Wesbury et celui d’Osmington. Les deux premiers sont été crées à la craie et le dernier à la chaux. Ils sont reconstitué régulièrement. Il semblerait que Ridley Scott se soit inspiré du cheval blanc de Wesbury car c’est le seul qui ait la forme entière et sans ajoût d’un cheval. Le cheval d’Uffington n’a que la silhouette et celui d’Osmington a son cavalier sur son dos. Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur cette page : http://www.lfpc.asso.fr/espacedetente/Art/Chevauxblancsangleterre/ChevauxblancsAngleterre.html
En ce qui concerne le débarquement à la fin du film : Ridley Scott a un peu imaginé la chose. En tous cas, cela ne s’est pas passé à l’époque de Robin des Bois et ça s’est bien moins fini pour les français. Voici le message trouvé sur le site du point.fr :
“Le clou du film est ce débarquement où les Anglais, menés par Robin des bois, mettent la pâtée à Philippe Auguste et ses navires, qui osent un débarquement sacrilège. Jamais le roi Philippe n’a approché les côtes anglaises, ce fut son fils, le futur Louis VIII, et le débarquement s’est très bien déroulé, puisque les Français occupèrent Londres en 1216.”

On le sait bien, l’histoire dans les films est un peu réarrangé mais ça nous empêche pas d’apprécier. Ce serait bien cependant qu’un jour un film français décide de se venger de tous le mal que les anglais et américains nous font.
Publicités

5 réponses à “Robin des Bois ou enfin un héros viril

  1. Comme promis Kumpi un petit commentaire sur ce film.
    Tout d’abord effectivement la version de Ridley Scott est bien différente de celle que l’on connait, ça m’a perturbé au départ, j’ai même eu du mal à rentrer dans le film, mais au bout d’un moment on s’y fait et on plonge dans l’histoire.
    Le tout est prenant, les acteurs convaincants, sauf il est vrai l’actrice interprétant le rôle de la maîtresse du Prince Jean, elle m’a semblé fade et assez insignifiante pour un tel rôle…
    Par contre un détails m’a choqué, les bateaux du débarquement à la fin sont à mourir de rire, il n’y avait absolument pas ce type de construction à cette époque, Ridley Scott a trop regarder de documentaires sur le débarquement de 1944. Je me suis aussi cru au Tour de France quand j’ai vu le grand cheval dessiné sur la colline, mais bon, pourquoi pas.

    Bref le film m’a plu, il est à voir, on passe un bon moment entre amis, mais je reste décidément plus attaché à la version de Kevin Reynolds avec Costner, Freeman, Slater et Connery, même s’il est vrai ça n’a rien à voir.

  2. hey bilt (c’est quoi ce pseudo lol)
    bon ne notre côté aussi on se pose pas mal de question sur ces fameux bateaux et on comprend pas bien comment une telle erreur pourrait apparaître dans un tel film (je parle de moyens).
    Après recherche (et oui Zazou s’est mis au boulot) il s’avère que le Point dit :

    « Le clou du film est ce débarquement où les Anglais, menés par Robin des bois, mettent la pâtée à Philippe Auguste et ses navires, qui osent un débarquement sacrilège. Jamais le roi Philippe n’a approché les côtes anglaises, ce fut son fils, le futur Louis VIII, et le débarquement s’est très bien déroulé, puisque les Français occupèrent Londres en 1216. »

    Bon et bien on peu dire que notre cher Ridley n’y est pas allé de main morte mais bon je doute fortement de la véracité de « Gladiator » également… il n’empêche que j’aime beaucoup sa façon romanesque de raconter une histoire.

    • Ce pseudo est le mien sur tous les forums et il est très très recherché, plus qu’il n’y parait. Et on ne se moque pas, je ne permets pas. 😉
      Heureux de voir que d’autres personnes se sont posés des questions sur ses bateaux. Limite qu’il arrange son scénario de manière romanesque et qu’il joue avec l’histoire ne me choque pas (j’avais même pas vérifié si un tel débarquement avait eu lieu) mais qu’il fasse des copies conformes des bateaux de 1944 et qu’il les ressorte au XIIème siècle me choque beaucoup plus…
      Enfin, ce n’est qu’un détail du film.

      Ceci dit merci à Zazou pour cette leçon d’histoire, content d’apprendre qu’on a mis une branlée aux anglais en 1216.

  3. Je pense plutôt que dans cette parodie de D-day il faut apprécier le second degré; à quand des soucoupes volantes dans un remake du « Nom de la Rose »?

  4. Pingback: Actu : People’s Choice Awards 2011 « Don't Eat My Popcorn·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s