Shrek 4, il était une fin ou le retour de l’ogre vert

Shrek 4, il était une fin

Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre malodorant et mal léché ? Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu’à l’envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd’hui, tel une idole déchue, il se contente de signer des autographes à tour de bras. Trop triste…
C’est alors que l’habile et sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve soudain transporté dans un monde parallèle totalement déjanté où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se jamais rencontrés…

Shrek va-t-il réussir à déjouer le sortilège, à repasser de l’autre côté du miroir, à sauver ses amis, à retrouver son monde et reconquérir l’amour de sa vie ?

Date de sortie : 30 juin 2010

Animation Flash

Zazou : Encore un Shrek? Ca va devenir saoulant à force. J’espère que le titre dit vrai et que c’est vraiment la fin parce que le prochain j’irai pas le voir. (Je dis ça mais je suis sure que j’irai quand même). Niveau scénario, il semble s’être creuser les méninges pour trouver quelque chose d’original. Tant mieux. Les bandes annonces nous en diront plus.

Un peu plus de Popcorn

L’arrivée du quatrième nous fait nous demander : « mais que s’est-il passé dans le 1, le 2 et le 3? » Les Popcorn girls répondent à la question.

Shrek 1 : la découverte du méchant ogre vert
Il arrive. Il nous fait peur. On se moque. Il nous fait rire. On s’amuse. On découvre ainsi un gentil ogre qui peut tomber amoureux, une princesse très ogresse, un âne parlant plus que drôle, un chat potté aux yeux larmoyant, un Ti biscuit qui se fera pas manger et une dragonne qui permet de dire que n’importe qui peut tomber amoureux de n’importe qui d’autre. Shrek est forcé d’aller sauver une princesse qui vit en haut d’une tour pour le compte d’un roi. Mais celle-ci souffre d’une malédiction peu commune : une fois la nuit tombée, elle devient ogresse. Celui qui gagnera le coeur de la belle fera disparaître la malédiction que ce soit un ogre ou un roi-nain mais mieux vaut un ogre, n’est-ce pas?

Shrek 2 : le retour du plus si méchant ogre vert
Après avoir sauvé la princesse de sa tour et être tombé amoureux, il faut rencontrer la belle famille. Et c’est tout une aventure! Entre le trajet avec l’Ane chantant à tue tête, le Prince Charmant pas charmant du tout, la marraine la bonne fée qui veut que son fils prenne la place de l’ogre et la belle famille, Shrek ne sait plus où donner de la tête et veut devenir humain. A notre plus grand plaisir.

Shrek 3 : Le voilà encore! Cet ogre qui n’aura jamais fait peur!
Cette fois-ci, le beau père va mourir et Shrek doit hériter du royaume. « Un ogre roi? Mais quelle idée! », me direz-vous et celui-ci serait d’accord avec vous. Le géant vert (qui ne mange pas de maïs) part donc à la recherche de l’héritier : Arthur. Vite oublié, on espérait que la folie Shrek s’arrêterait là mais le quatrième et dernier – promis- sortit un peu plus tard pour ne faire encore plus oublier le précédent.

Dès le début de Shrek, on s’est tous demandé si un des personnages allait manger Tibiscuit, n’est ce pas?
Et si nous, on le faisait? Voici une recette pour apprécier ce personnage sans culpabiliser

Après sortie :

Kumpi : haha ! Shrek n’est pas encore sorti (merci les avants-premières) que l’on vous propose déjà notre (fabuleuse) critique, hé oui les Popcorn Girls sont sur la brèche et voilà donc ce que l’on a pensé de ce 4ième (et dernier) Shrek. Quelques SPOILERS peuvent se promener, alors prudence.

On commence par le scénario que vous pouvez découvrir au dessus. Shrek part donc dans une autre dimension où il n’a jamais vu le jour.

Si le scénario semblait une très bonne idée pour une conclusion, il souffre de l’usure évidente de cet ogre qui n’aura finalement tenu la distance que sur deux très bon premiers opus et en traînant la patte sur le troisième. Les gags toujours très nombreux sont répétitifs et sont consommés dès la bande annonce.

Au niveau des personnages notre âne parlant préféré fait vraiment grise mine et ne sera sauvé que par certains jeux de mots, le chat n’est que l’ombre de lui même et a perdu sa fougue habituelle pour finalement endosser le rôle d’un gros matou qui n’est drôle qu’un moment. La Fiona de ce monde  là est finalement la plus réussie, le personnage est un peu plus creusé et ce n’est pas plus mal. Shrek quant à lui a perdu la vigueur et la fougue de ses débuts. Pour les personnages secondaires, les fans de tibiscuit seront déçu, il n’apparaît que très rarement comme beaucoup d’autres et ça doit être ici m’a plus grande déception.

Finalement ce Shrek est le plus moralisateur de tous (et pourtant…). De grands dialogues enflammés sur la recherche du bonheur chez l’homme, ça aurait pu être agréable si on y avait invité un peu plus de finesse.

Graphiquement c’est toujours aussi beau et riche mais la 3D ne sert strictement à rien (si, à vous faire débourser un peu plus d’argent).

Au niveau de la musique, c’est toujours aussi bon et c’est le vrai plus du monde Shrek, autant au niveau des morceaux chantés qui sont placés intelligemment que pour la musique de fond.

En bref Shrek 4 échappe à la chute dans le « pas glop » et de justesse. N’hésitez pas à amener les enfants, ils s’y amuseront sans aucun problème. Ne vous attendez pas à retrouver le Shrek de sa jeunesse car celui ci a perdu les jambes de ses vingt ans.

Zazou : Kumpi a tout dit. Je crois ne pas avoir grand chose à rajouter.

Dans le troisième volet, l’histoire était déjà essoufflée. Je pense que les créateurs ont voulu donné une vrai fin à Shrek mais n’a pas réussi à renouer avec le premier. Même s’ils n’ont pas fait pire que le troisième, ils n’ont pas réussi à convaincre.

On rigole (merci l’Ane). On apprécie Shrek, Fiona, le Chat Potté, Tibiscuit quand on le voit mais c’est tout. Les nouveaux personnages ne sont pas fades mais ils sont inintéressants car, de toutes façons, on les verra pas après ou pas assez développé, ce qui ramène au premier point.

Je n’en rajouterai pas plus parce que ce serait radoter. J’aimerais juste demander aux cinémas de nous permettre de choisir entre 3D et non 3D parce que franchement, la 3D n’a aucun intérêt contrairement à ceux que veulent nous faire croire les producteurs/créateurs de film.

Si vous n’avez rien à d’autres à faire, allez voir Shrek sinon attendez de le voir à la télé. A votre place, je préfererai garder mes sous pour un autre film comme L’illusionniste.

Publicités

4 réponses à “Shrek 4, il était une fin ou le retour de l’ogre vert

  1. Pingback: Studio Ciné Live ou la double couverture « Don't Eat My Popcorn·

  2. Pingback: Cahiers du Cinéma ou la passion américaine « Don't Eat My Popcorn·

  3. Pingback: Actu : People’s Choice Awards 2011 « Don't Eat My Popcorn·

  4. Pingback: Actu : des suites et encore des suites « Don't Eat My Popcorn·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s