L’Apprenti Sorcier ou un looser reste un looser même avec des pouvoirs

Balthazar Blake est un grand sorcier vivant de nos jours à Manhattan. Il tente de défendre la ville contre son ennemi juré, Maxim Horvath. Balthazar ne pouvant y arriver seul, il engage alors – un peu malgré lui – Dave Stutler, un garçon apparemment ordinaire qui a pourtant un vrai potentiel, pour devenir son apprenti. Le sorcier donne à son apprenti réticent un cours express sur l’art et la science de la magie, et ensemble, ces deux associés improbables vont tenter de stopper les forces des ténèbres. Il faudra à Dave tout son courage, et même davantage, pour survivre à sa formation, sauver la ville et embrasser la fille qu’il aime…

Kumpi : Des vampires, des sorciers… est ce qu’on ne tournerait pas un peu en rond ?  Disney s’attaque donc aux sorciers !

Le scénario est simple, un jeune homme n’ayant aucune confiance en lui se trouve être un descendant de Merlin, le grand sorcier tué par Morgane (la vilaine). Cette dernière est enfermée dans le corps de Veronica (l’amour de Balthazar) qui est elle-même enfermée dans une gigogne (vous savez ces poupées russes qui s’emboîtent l’une dans l’autre). Balthazar n’a qu’une solution: découvrir où se trouve le jeune homme pour pouvoir le former afin qu’il anéantisse la vilaine sorcière tout en sauvant tout ce petit monde. Comme on dit par chez nous « fingers in the nose ».

C’est ainsi que l’on est plongé, dès les premières minutes, dans l’action. Hélas ça ralentit sec dès l’arrivée de notre looser de héros. Au passage on appréciera le petit clin d’oeil à Toy Story que je vous laisse découvrir. Si notre héros peut prêter à sourire au début du film avec son allure courbée, ses répliques un peu nulles, ça devient vite lassant et on finit par ne plus beaucoup rire. Il n’y a pas vraiment d’alchimie entre Nicolas Cage et Jay Baruchel et en plus, la VF ne fait qu’empirer les choses (saleté de cinéma qui ne propose pas la vost). Monica Belucci ne sert pas à grand chose. La jeune Teresa Palmer est le petit rayon de soleil de ce casting.

La musique chez Disney est toujours soignée et c’est encore le cas ici.

Le tout donne un film divertissant pour les enfants, un peu plat pour les adultes. On appréciera les clins d’oeil à l’Apprenti Sorcier qu’était également Mickey Mouse.

Zazou : Quelques temps après Miss Kumpi, je vais voir l’Apprenti Sorcier. Et je suis d’accord avec elle sur tous les points.

L’acteur qui joue l’apprenti n’arrive pas à convaincre et, allez savoir pourquoi, sa voix (anglaise) m’a paru étrange. Je l’ai pas du tout apprécié. C’était comme si elle n’allait pas avec le personnage alors que c’est sa vraie voix. J’ai même pensé, par moments, que la fille, que le héros aime, jouait mieux que lui.

Ce film arrive, quand même, à nous faire rire. On rigole soit par le pathétique de la réplique, soit à cause de la situation. Mise à part ça, le film n’arrive pas à convaincre. On a l’impression d’un enchaînement d’actions liées simplement avec l’histoire mais sans réel lien entre elles. Vous voyez ce que je veux dire? Ca s’enchaîne, en fait, un peu trop rapidement. Je dirai même que le film est trop court. Certains passages ou personnages mériteraient  d’être plus développés.

Bref, on passe un bon moment. On apprécie les références aux autres Disney et la musique mais cela s’arrête là. Au final, on oublie aussi vite ce film que le temps qu’on a passé à le regarder.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s