The Town ou la confirmation de Ben Affleck

Doug MacRay est un criminel impénitent, le leader de facto d’une impitoyable bande de braqueurs de banque qui s’ennorgueillit de voler à leur gré sans se faire prendre. Sans attaches particulières, Doug ne craint jamais la perte d’un être cher. Mais tout va changer le jour où, lors du dernier casse de la bande, ils prennent en otage la directrice de la banque, Claire Keesey.
Bien qu’ils l’aient relâchée indemne, Claire est nerveuse car elle sait que les voleurs connaissent son nom… et savent où elle habite. Mais elle baisse la garde le jour où elle rencontre un homme discret et plutôt charmant du nom de Doug….ne réalisant pas qu’il est celui qui, quelques jours plus tôt, l’avait terrorisée. L’attraction instantanée entre eux va se transformer graduellement en une romance passionnée qui menacera de les entraîner tous deux sur un chemin dangereux et potentiellement mortel.

Kumpi : pour débuter mettons cartes sur table, je n’ai jamais réellement aimé Ben Affleck, tout comme les rôles dans lesquels il a joué. Les très bonnes critiques de sa première réalisation (Gone Baby Gone) ont attisé ma curiosité bien qu’à mon grand désespoir je sois passée à côté de ce dernier. Sa seconde réalisation a débarqué dans les salles obscures et je m’y suis rendue tout en espérant découvrir ce fameux « nouveau Ben Affleck ». Je n’ai pas été déçu.

Au niveau du scénario ne nous leurrons pas c’est du connu. Une bande de braqueur n’en fait qu’à sa tête au nez et à la barbe de la police et du FBI jusqu’à ce que l’un d’entre eux tombe amoureux de la jeune femme qu’ils ont enlevé puis relâché après un braquage. Elle ne le reconnaît pas et une idylle naît jusqu’au jour où leur tout dernier casse doit avoir lieux. Du connu oui, mais du solide aussi. Rien de passionnant dans l’enchaînement des actions mais très intéressant en émotion et relation entre les personnages. Ce qui fait la qualité du film, c’est cet aspect brut, viril et la sobriété avec laquelle on nous présente des personnages torturés mais liés d’une amitié exceptionnelle. Pas d’explosion en tous sens, pas de fioritures, Affleck fait passer le message de la façon la plus directe sans sombrer dans la violence excessive ou des scènes niaises et dégoulinantes. Rien que pour ça je tire mon chapeau.

Le casting est particulièrement bon avec une mention spéciale pour Jeremy Renner. Délicieusement dangereux, il nous donne l’impression d’être un Pitt Bull prêt à sauter à la gorge de tout ce qui l’entoure. Mais il n’est pas que cela, son dévouement envers son meilleur ami Doug est troublant de sincérité. Une belle présence pour une belle surprise.

La musique est parfois tout aussi brutale que les images, elle se fond plutôt bien dans l’action.

En bref, The Town marque la confirmation que Ben Affleck aura de beaux jours derrière la caméra. Un film pour les amoureux des films d’action sobre dans lesquels gros caïd et flic s’affrontent sans ménagement. Pas d’hésitation, pas d’histoire inutile, des personnages réalistes pour un monde réaliste. A voir.

Publicités

6 réponses à “The Town ou la confirmation de Ben Affleck

  1. Pingback: The Town ou la confirmation de Ben Affleck « Don't Eat My Popcorn | Celebs in the City !·

  2. Salut!
    Ayant vu le film hier, je trouve que vous êtes très gentille avec Mr. Affleck, j’avoue que le film a pour qualité de ne pas en faire trop, mais quant aux personnages je trouve que celui de Ben Affleck n’a que des côtés positifs (ce qui lui va bien puisqu’étant réalisateur il s’est choisi un bon petit rôle) et il n’oublie pas de le montrer tout au long du film, ce qui est plutôt agaçant: le cliché du bad guy lover alourdit le film et en plus les clichés ne s’arrêtent pas là puisque tous les autres personnages y ont aussi droit (même si c’est beaucoup moins agaçant).
    Je qualifierais donc le film de moyen, tout au plus divertissant.
    (je me permet de mettre le lien de ma critique complète:
    http://nosvisionsducinema.wordpress.com/2010/09/18/the-town-lavis-de-b00l/ )

    • Bonjour B00L

      Oui j’avoue avoir été gentille pour l’une des raisons que tu cites à la fin : le divertissement. Je suis toujours gentille avec les films qui m’offrent un bon divertissement. Et je suis horrible avec les films qui m’ennuient profondément ! C’est un peu comme ça que nous fonctionnons chez Popcorn, nous ne sommes pas des pros de la technique et préférons proposer une critique plutôt centrée sur le ressenti que la façon de filmer ou autre.

      Tu as bien fait de mettre le lien vers ta critique 😉
      Justement nous sommes passées chez vous dans la journée et on se disait qu’un échange de lien avec vous pourrez être sympa vu que votre blog nous a semblé de bonne qualité ! Un partenariat nous plairait si cela vous dit.

      Merci pour ta réaction ! A bientôt

      • Bonsoir,
        à partir d’un moment c’est vrai que les films juste « divertissants » ne suffisent plus, le cinéma étant un drogue faut monter un peu en puissance ^^
        sinon, c’est vrai que ça fait plaisir de partager sur des films qu’on voit, et l’idée d’un « partenariat » nous intéresse, en tout cas pourquoi pas un échange de liens via le blogroll, je vous rajoute sur le notre en attendant la réponse
        A bientôt

  3. Salut !

    J’avouerais n’avoir jamais été un grand fan de Mr. Affleck et son jeu d’acteur, j’étais plutôt attrait par ses capacités de scénaristes et de réalisation depuis Gone Baby Gone.

    Le scénario de Will Hunting m’a toujours touché par cette simplicité et cette réalité de vie mêlé à l’approche intime des personnages. Je n’ai retrouvé cette manière de mettre en scène que lorsqu’il a réalisé Gone Baby Gone, toujours aussi proche de l’acteur avec une réalité à en procurer des frissons. Je ne nierais pas qu’il y a toujours eu des points négatifs dans ces scénarios, en passant par cette niaiserie des personnages, qui malgré tout doit rester présente pour faire du cinéma ce qu’il est, c’est à dire une fiction de la réalité.

    Concernant The Town, j’ai encore une fois retrouvé cette simplicité dans l’idée du scénario, mais cette fois son jeu d’acteur et cette intimité des personnages ont donné beaucoup de matière au film.
    Je ne pense pas qu’il mette tant que ça en avant le cliché du mauvais gars avec si peu de mesure personnel. Il s’agit de la trame du film qui va s’encrer sur l’évolution du personnage en lover boy et je pense qu’il faut le prendre comme tel. C’est sur que Ben Affleck reste ce qu’il est, et qu’il devient rapidement facile de le comparer à ce genre de stéréotype.
    Mais bon pour ma part la mise en scène est beaucoup moins détérioré que celle de Salt avec Angelina Jolie, ou là je pourrais parler d’une vilaine fille qui joue très mal son rôle…

    Ce film ne deviendra pas un classique du genre, mais il montre les capacités de Mr Affleck en tant que réalisateur, et ça je suis bien d’accord avec Mr Green.

    Le divertissement était au rendez-vous et c’est le principal pour ce genre de petit cinéma.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s