Critique : La Colline aux Coquelicots ou le fils Miyazaki

Umi est une jeune lycéenne qui vit dans une vieille bâtisse perchée au sommet d’une colline surplombant le port de Yokohama. Chaque matin, depuis que son père a disparu en mer, elle hisse face à la baie deux pavillons, comme un message lancé à l’horizon. Au lycée, quelqu’un a même écrit un article sur cet émouvant signal dans le journal du campus. C’est peut-être l’intrépide Shun, le séduisant jeune homme qu’Umi n’a pas manqué de remarquer…
Attirés l’un par l’autre, les deux jeunes gens vont partager de plus en plus d’activités, de la sauvegarde du vieux foyer jusqu’à la rédaction du journal. Pourtant, leur relation va prendre un tour inattendu avec la découverte d’un secret qui entoure leur naissance et semble les lier…
Dans un Japon des années 60, entre tradition et modernité, à l’aube d’une nouvelle ère, Umi et Shun vont se découvrir et partager une émouvante histoire d’amitié, d’amour et d’espoir.

Sortie : 11 Janvier 2012

Kumpi : qui dit studio Ghibli dit « wouaaaa ». On y va !

Zazou : C’est pas un autre Miyazaki (et faut pas les confondre) mais on y va quand même!!!!

Après sortie :

Kumpi : Et c’est la déception !  Graphiquement on est toujours au niveau du studio Ghibli (pas de panique) mais c’est au niveau du scénario que les choses vont mal.

Il ne se passe pas grand chose dans cette « Colline » et pour le peu qui s’y passe le discours est bien trop lisse bien trop gentillet. Au final on sort de la salle en se disant « tout ça pour ça ? ». Ghibli nous avait habituer à faire passer des messages de toutes sortes, que l’on soit d’accord ou non, on pouvait saluer l’intention et la mise en place des moyens pour le faire passer.
Ici, nous avons plus l’impression d’avoir regarder l’épisode d’un anime qu’autre chose.
Pire, il est parfois difficile de comprendre ce qui se passe (surtout au début).

Les personnages sont pourtant très attachants et dignes de tous les héros Ghibli, surtout la jeune fille qui a un caractère bien trempé.

Graphiquement c’est agréables, les décors sont magnifiques et au niveau du studio.

La musique n’est pas aussi réussie que « Les Contes de Terremer » même si le thème final reste très agréable.

Tout ceci est bien dommage, car nous le savons, le fils Miyazaki a le potentiel pour devenir un grand réalisateur. Il faut maintenant qu’il arrive à voler de ses propres ailes.

Publicités

2 réponses à “Critique : La Colline aux Coquelicots ou le fils Miyazaki

  1. Pingback: Les films de l’année 2012 : programme | Don't Eat My Popcorn·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s