Critique : Le magasin des suicides ou les chansons nous donnent envie de nous suicider nous aussi

ATTENTION CETTE CRITIQUE CONTIENT DES SPOILERS
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs Imaginez une ville où les gens n’ont plus goût à rien, au point que la boutique la plus florissante est celle où on vend poisons et cordes pour se pendre. Mais la patronne vient d’accoucher d’un enfant qui est la joie de vivre incarnée. Au magasin des suicides, le ver est dans le fruit…

Date de sortie : 26 septembre 2012

Zazou : J’avais lu le livre de Teulé, je savais donc à quoi m’attendre. J’avais aussi lu dans une interview de Patrice Leconte que la fin était changée, ce qui me plaisait bien parce que je n’ai pas du tout aimé la fin du livre. J’en savais donc suffisamment pour me dire que ce film pouvait être sympa.

Et bah je fus déçue. Si le graphisme est sympa, c’est quasiment la seule chose qui sauve le film tellement les musiques font mal aux oreilles. J’ai cru que mes oreilles allaient saigner. Imaginez une ambiance telle que ce film : un film noir, sur un sujet noir, dont tous les tons sont gris et d’un coup sorti de nulle part un personnage chante une chanson joyeuse avec une voix fluette. Même si c’est sûrement fait pour alléger l’ambiance lourde du film, je trouve que l’humour marche beaucoup mieux que des rimes.

D’ailleurs de l’humour, il y en a pas mal dans ce film, l’air de rien. Cela a aidé à faire passer la pilule des chansons parce que je crois que si on n’avait pas été coincé (et que j’avais pas envie de connaître la fin), Kumpi et moi partions du film. Mais il n’y a pas que l’humour qui est positif, les histoires glauques sont aussi assez sympa dans leur genre. Vous devez être en train de vous dire que j’ai des goûts bizarres mais j’aurais beaucoup aimé que Patrice Leconte aille beaucoup plus loin dans certains passages. Par exemple, dans la première chanson, j’aurais aimé  ou au moins trouvé l’idée utile que les rats qui chantent mangent le corps plutôt que de chanter et ne rien faire en fait. Ils servent à rien du tout, ces rats.

En parlant de servir à rien, j’aurais bien enlevé la dernière chanson de la fin (et toutes les autres chansons mais ça va sans dire) pour finir le film sur la main avec le papier dedans. Cela n’aurait paru plus logique parce que sinon ça ne respecte pas le livre et c’est bien dommage. Et à partir de maintenant j’arrête de vous dire à quel point j’ai détesté ces chansons parce que je crois que vous l’avez bien compris.

Sinon, j’ai bien aimé l’animation. Elle est plutôt jolie. Les personnages sont sympathiques et assez fidèles au livre. Ce film me laisse donc mitigé et sur ma faim de glauque. Quitte à faire un film sur un magasin de suicides autant assumer et faire comme Jean Teulé! Lui, au moins, n’a pas eu peur de ce qu’on pense les gens en faisant un livre qui donne envie de se suicider.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s